etre-bon-parent

Comment s’y prendre pour être un bon parent ?

La notion de parentalité peut différer d’un pays à un autre, d’une religion à une autre et même d’un parent à un autre. La définition du bon parent est alors très approximative et souvent le fruit de l’expérience d’enfance vécue par les adultes devenus à leur tour mères et pères. Cependant et suivant toutes les études et l’ensemble des enseignements acquis à travers les âges, nous tenterons, dans le présent article, de vous expliquer en quoi consiste un bon parent.

L’affection, fondement de tout rapport humain

Il est nécessaire d’intégrer pleinement l’idée qui énonce que l’affection ainsi que le partage d’amour entre parents et enfants sont le fondement de base d’une relation saine entre les deux, et ce, depuis la tendre enfance.

Pour rassurer votre enfant, lui permettre de s’épanouir et sentir qu’il appartient à sa famille, il est impératif de ne pas négliger les marques d’affection. Cela peut s’exprimer de différentes façons selon le tempérament de chacun et selon l’âge de vos enfants.

Ainsi, un adolescent qui ne veut plus de vos bisous en public ne rejette pas pour autant toute votre affection. Il serait alors plus juste de lui montrer votre amour avec une attention particulière portée sur ce qui l’intéresse et le passionne.

Alors qu’un plus jeune enfant aura clairement besoin d’une relation affective plus intense qui saura le combler pleinement. Pour finir, il faut jamais penser qu’être affectueux et vulnérable avec ses enfants peut être pris pour une marque de faiblesse ou bien de manque d’autorité et de crédibilité.

etre-bon-parent

Une autorité ajustée, pour une meilleure autonomie

Le rapport d’autorité qu’il y a entre un parent et son enfant ne doit pas être négligé. En effet, il est primordial pour les pères ainsi que les mères de bien user de leur autorité sur leurs enfants pour assurer une bonne discipline.

Assurer un cadre de vie composé par des règles à appliquer permet en effet aux enfants de reconnaître leurs droits et devoirs. Il s’agira surtout de définir les endroits et les activités qui leur sont de droit et de leur montrer comment bien se comporter avec les autres, notamment en donnant l’exemple avec un comportement à la hauteur.

Un autre point très important serait de bien faire la part des choses entre votre identité en tant que parent et celle de votre enfant et de ne jamais négliger son individualité en dépit de vos idéaux, et ce, pour une pleine reconnaissance de ses émotions et de sa légitimité.

Il est nécessaire pour tout parent de se munir de patience face à un enfant en plein apprentissage et de ne pas essayer de forcer les choses en haussant le ton pour une meilleure assimilation. Ainsi, une totale bienveillance envers ses actes sera plus que nécessaire pour renforcer son estime de lui-même et sa confiance en soi.

Et pour finir, il est nécessaire de favoriser une communication continue et respectueuse avec vos enfants. Une écoute attentive et une vive interaction augmenteraient nettement ses capacités intellectuelles, le poussant alors à avoir un esprit critique et une autonomie en toute chose.

Prendre soin de soi pour prendre soin de son enfant

Le terme de parent toxique a pris une grande ampleur durant les dernières décennies. On retrouve beaucoup d’ouvrages traitant de ce sujet et expliquant qu’il est primordial de guérir son propre enfant intérieur pour pouvoir prendre soin de ses propres enfants.

En effet, des parents qui présentent eux-mêmes des carences en affection ou un rapport à l’autorité ambigu, sont susceptibles de manquer au devoir d’être un bon parent. Se concentrant tantôt sur eux-même et leurs problèmes émotionnelles, tantôt sur l’éducation de leurs enfants. Cette altération peut avoir de graves conséquences si les parents ne veulent pas affronter leurs blessures du passé et les guérir. On citera notamment les cinq blessures émotionnelles suivantes :

  • Le rejet ;

  • l’abandon ;

  • l’humiliation ;

  • la trahison ;

  • l’injustice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.