Trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité chez l'enfant (TDAH)

Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité chez l’enfant (TDAH)



Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité est un trouble d’origine neurobiologique caractérisé par un déficit de l’attention, une impulsivité et/ou une hyperactivité excessive.

Caractéristiques

  • Attention et concentration ;
  • Impulsivité ;
  • Hyperactivité ;

Toutes ces caractéristiques sont normales chez tout enfant, mais dans le cas des enfants atteints de TDAH, elles se manifestent avec une plus grande fréquence et intensité et peuvent interférer dans leur processus d’apprentissage et/ou dans leurs relations sociales.

Ces problèmes apparaissent souvent avant l’âge de 7 ans et se manifestent dans deux environnements ou plus, par exemple à la maison et à l’école.

Il faut également tenir compte du fait que la symptomatologie se manifeste différemment selon l’âge de l’enfant, par exemple, l’activité motrice et/ou vocale excessive est sensiblement réduite à l’adolescence.

Attention et concentration

  • Ils ont des difficultés à établir un ordre dans leur travail ou de petites responsabilités à la maison.
  • Ils ont du mal à « se mettre en route » (s’habiller, faire leurs devoirs …..), car ils sont facilement distraits par tout autre stimulus.
  • Ils ont des difficultés à maintenir leur attention jusqu’à la fin de leur travail (ils font des petits dessins, se distraient avec le crayon…).
  • Ils perdent ou oublient des objets indispensables (agenda, manteau, écharpe, porte-monnaie, devoirs …..).
  • Ils ne semblent pas écouter quand on leur parle.
  • Ils oublient de faire leurs tâches quotidiennes (se brosser les dents, ramasser les vêtements….).
  • Ils peuvent avoir des problèmes pour sélectionner ce qui est le plus important.
  • Ils prêtent attention à deux stimuli en même temps (par exemple, suivre ce que dit le professeur et prendre des notes en même temps).

Impulsivité

  • Ils agissent souvent sans réfléchir.
  • Ils parlent à des moments inopportuns ou répondre hâtivement à des questions qui n’ont pas encore été posées (devant un visiteur, en classe, etc.).
  • Ils ont du mal à obéir aux ordres, non pas parce qu’ils ne veulent pas obéir, mais parce qu’ils ne sont pas attentifs quand on leur donne.
  • Ils ont tendance à être myopes et oublient de planifier (ils commencent à faire leurs devoirs sans le matériel).
  • Interrompent souvent pendant les jeux ou les explications.
  • Ils ont des difficultés à réfléchir avant d’agir.
  • Ils ont des difficultés à planifier.

Hyperactivité

  • Ils bougent souvent leurs pieds et leurs mains ou se lèvent de leur chaise.
  • Ils se déplacent d’un endroit à l’autre sans raison apparente.
  • Ils se balancent sur la chaise.
  • Ils jouent souvent avec de petits objets dans leurs mains.
  • Ils fredonnent ou gesticulent souvent de manière inappropriée avec leur bouche.
  • Ils parlent excessivement.
  • Pendant le jeu, ils ont du mal à attendre leur tour et à jouer tranquillement.

Selon les critères du DSM-IV, les types de TDAH sont :

Inattentif : les difficultés d’attention prédominent.
Impulsif-hyperactif : difficulté prédominante à se contrôler.
Combiné : symptômes d’inattention, d’impulsivité et d’hyperactivité.

Selon les critères du DSM-IV, les symptômes du TDAH sont :

  • Problèmes de performances scolaires.
  • Faible estime de soi.
  • Problèmes d’adaptation à l’école.
  • Une plus grande vulnérabilité aux accidents.
  • Problèmes dans les relations avec la famille et les amis.
  • Problèmes de sommeil.
  • Problèmes émotionnels (dépression, sentiment de méfiance, d’insécurité…).
  • Ils montrent peu de motivation à l’école.
  • Ils ont du mal à suivre les règles.
  • Des performances scolaires variables.

Diagnostic

Un bon diagnostic sera fondamental pour que les parents et les enseignants puissent accompagner l’enfant atteint de TDAH et essayer d’éviter l’apparition de ces problèmes associés.

Avec l’entrée à l’école primaire, d’importants changements ont lieu, les exigences sont plus grandes, les horaires sont plus réguliers, le nombre d’enfants par enseignant est plus important… mais surtout, il est demandé à l’enfant beaucoup d’attention et de maîtrise de soi.

C’est pourquoi le diagnostic est souvent posé lorsque l’enfant entre à l’école, car les exigences rendent les difficultés et la nécessité d’un diagnostic plus évidentes.

Le diagnostic doit être établi par un professionnel de la clinique qui connaît bien le sujet. Une évaluation médicale, psychologique et pédagogique permettra de déterminer l’état physique, émotionnel et d’apprentissage de l’enfant.

Cela permet d’exclure d’autres causes du comportement de l’enfant ou de ses mauvais résultats scolaires.

Ce professionnel aura besoin, en plus des informations fournies par les parents, d’informations provenant de l’école par le biais de rapports ou de questionnaires, ainsi que de l’exploration et de l’observation directe du comportement et des performances de l’enfant.

Pourquoi le diagnostic est-il si important ?

C’est en établissant un diagnostic qui confirme ou exclut le trouble que l’on peut commencer à apporter l’aide appropriée (le traitement dont l’enfant a besoin). Mais, en outre, le professionnel doit évaluer s’il existe d’autres problèmes associés.

Un diagnostic précoce est important pour pouvoir traiter de manière adéquate les différents problèmes qui peuvent survenir au cours du développement de l’enfant.

Facteurs susceptibles d’aggraver le pronostic :

  • Diagnostic retardé.
  • Échec à l’école.
  • Recevoir une éducation excessivement permissive ou, au contraire, excessivement sévère.
  • Environnement familial marqué par le stress, l’hostilité et les désaccords entre les parents.
  • Problèmes de santé de l’enfant et retards de développement.
  • Antécédents familiaux d’alcoolisme, de comportement antisocial ou d’autres troubles mentaux.

Facteurs qui contribuent à une bonne évolution :

  • Diagnostic précoce.
  • Une éducation cohérente de la part des parents et la transmission de valeurs positives.
  • La stabilité familiale.
  • Adaptation et connaissances de la part des enseignants.
  • Collaboration entre les parents et l’école.

Le traitement du TDAH est multimodal, ce qui signifie que les propositions de traitement sont différentes en fonction des difficultés de l’enfant et de la façon dont le trouble affecte sa vie quotidienne.

Traitement du TDAH

Les éléments de traitement possibles suivants sont donc proposés :

  • Comportemental pour encourager les comportements positifs.
  • Cognitif pour aider à établir une pensée organisée dans laquelle l’enfant/adolescent prévoit les conséquences de ses comportements et cherche des alternatives.
  • Aide aux parents : par des cours de formation, des conférences, des groupes de travail ….
  • Conseils aux enseignants : par le biais d’informations sur le TDAH et/ou de cours de formation.
  • Pharmacologique : toujours sous prescription et suivi médical.
  • Cours pour l’enfant/adolescent sur les compétences sociales.
  • Renforcement psychopédagogique ou scolaire spécialisé.

Le traitement ne guérit pas mais favorise une meilleure adaptation sociale, scolaire, familiale et personnelle, et s’attaque aux problèmes et/ou troubles associés dans le but de les empêcher de se compliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *