Commencez à prendre soin de vous en tant que mère !

Commencez à prendre soin de vous en tant que mère !



Les mères se font concurrence au lieu de se soutenir mutuellement. D’une certaine manière, c’est un phénomène propre aux mères que de devoir toujours tout penser, d’avoir de grands idéaux, mais la plupart du temps, ils ne concernent que l’enfant.

Et dans ces idéaux, en tant que mères, nous sommes également en compétition les unes avec les autres au lieu de nous soutenir et de nous accepter mutuellement.

  • C’est pas mieux sans couche ?
  • Allaitement pendant trois ans ?
  • Ne pas permettre à l’enfant de dormir dans son propre berceau ?
  • Pas de vaccinations, régime végétalien, absolument sans tétine, uniquement des vêtements écologiques, pas de sucre, école plutôt libre… et ainsi de suite.

La liste pourrait s’allonger encore et encore. J’ai remarqué ces dernières années qu’il s’agit presque toujours de faire en sorte que ce soit aussi bien et bon que possible pour l’enfant. Et ce faisant, nous semblons faire en sorte que ce soit aussi bon et juste que possible pour nous, les mères. Sous la forme d’un apaisement de la conscience. On a l’impression d’en faire assez, de suivre le rythme. Prouver quelque chose à nous-mêmes.

Les enfants ne sont certainement pas lésés.

Nous réagissons si respectueusement aux besoins de nos enfants, nous ne laissons aucun dommage physique ou psychologique se produire, car l’enfant dort avec nous, il est toujours autorisé à allaiter, il est porté quand il le souhaite, il n’est pas laissé seul, il ne reçoit que le meilleur du meilleur sous forme de nourriture et de vêtements bio, le jardin d’enfants est soigneusement choisi, l’école aussi…

Et avec tout cela, il y en a un qui n’est certainement pas négligé : notre ou nos enfants. Et il y a toujours quelqu’un qui en pâtit : c’est nous, les mères.

Nous réfléchissons et nous nous agitons, faisons, obtenons ceci, organisons cela, rebondissons ici, berçons là, nourrissons, portons, toujours avec de bonnes intentions… mais bien sûr, tout tourne autour de l’enfant.

Qu’en est-il des besoins des mamans ?

Quand est-ce qu’on aura notre tour ? Quand faisons-nous tout cela pour nous aussi ? Notre pensée, surtout dans les premières années de la vie de notre enfant, ne concerne qu’eux. Il est rare que nous prenions soin de nous-mêmes, que nous examinions ce dont nous avons besoin pour renforcer et maintenir nos ressources. Si notre soin de soi n’était pas déjà à la cave, nous descendons alors que le bébé est censé monter.

Comment est-il possible de faire progresser nos enfants en termes d’estime de soi, d’autodétermination et de soins personnels si nous restons nous-mêmes au sous-sol ? Si nous essayons toujours de tout faire bien, en nous demandant cent fois si ce n’est vraiment pas mal de donner le biberon, d’utiliser une sucette ou de mettre l’enfant à la crèche à un an ? Au lieu de faire attention : De quoi ai-je besoin maintenant ? Comment puis-je aller bien ? Comment cela peut-il fonctionner : ne pas me perdre tout en donnant à l’enfant ce dont il a besoin pour s’épanouir de manière consciente et saine ?

Aucun sens du soin et de l’amour de soi.

Comment se fait-il que nous ayons une image idéale si forte et si exacte de nos enfants et de nous-mêmes en tant que mères ? Et aucun sens de nous-mêmes, d’une saine attention et d’un amour de soi ? Pourquoi tant d’entre nous, les mères (moi y compris !), font-elles dépendre leur propre mesure de soins et d’amour de soi de leur « statut » de mère et/ou de partenaire (de mariage) ?

Je n’écris pas seulement sur moi parce que je connais des mamans qui ressentent la même chose. Et je pense que c’est la plupart des mères qui (tombent) dans ce rôle autodestructeur dès la naissance de leur enfant.

C’est dans l’esprit : savoir combien il est important de prendre soin de soi, de demander de l’aide et de ne pas l’accepter seulement quand on n’en peut plus. Et presque personne ne le fait. Ou pas avant qu’il ne soit presque trop tard.

Quand nous pouvons hurler d’épuisement, quand nous développons une rage intérieure parce que nous nous sentons si seuls, dans le pire des cas, nous développons une rage contre notre propre enfant ?

Qu’est-ce que tout cela fait pour nos enfants ? Au final, malheureusement, rien. Tout est bien intentionné. Et à la fin, pas bien fait. Comme nous le souhaitions tant. Au final, nos enfants voient des mères frustrées, épuisées, malades, stressées, qui ont tout donné pour les autres. Sauf pour elles-mêmes.

Commençons à prendre soin de nous

  • Commençons à aller au cinéma quand le bébé aura quelques mois.
  • Commençons à emmener notre enfant aux repas entre amis.
  • Commençons à mettre le bébé dans son propre berceau parfois et à confier la nuit aux grands parents quand nous ne pouvons plus.
  • Commençons à lui donner une tétine quand il veut sucer et se calmer avec.
  • Ne pas utiliser de couches lavables (si nous sommes honnêtes) cela provoque secrètement plus de stress à l’intérieur que de joie et de soulagement.
  • Trouvons des baby-sitters pour une soirée à deux.
  • Donnons au gamin du chocolat de temps en temps.
  • Laissons quelqu’un d’autre pousser la poussette pour qu’on puisse se détendre !

Mères, il est tant de prendre soin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *