calmer-bebe-qui-pleure

Pleurs de bébé : une technique miracle pour le calmer en 45 secondes

Tous les parents peuvent témoigner de la difficulté et du stress que peut causer un bébé qui pleure sans relâche. Dans cet article, nous allons vous présenter une technique miracle pour calmer rapidement votre enfant en seulement 45 secondes.

Comprendre les raisons des pleurs de bébé

Avant de chercher à calmer vos bébés, il est essentiel de comprendre les causes de leurs pleurs. En effet, pleurer est le seul moyen de communication dont dispose un nourrisson pour exprimer ses besoins ou son inconfort. Ainsi, il peut pleurer pour différentes raisons :

  • Faim
  • Soif
  • Couche sale
  • Douleur ou gêne physique
  • Besoin de contact et d’attention
  • Ennui
  • Fatigue ou sommeil agité

Identifier la raison des pleurs permettra d’y répondre efficacement et ainsi calmer l’enfant plus rapidement.

La méthode miracle : le «Holding calming Technique»

Développée par le pédiatre américain Robert Hamilton, la méthode du « Holding Calming Technique » s’est révélée être un véritable succès auprès des parents du monde entier. Ce protocole simple et rapide permettrait d’apaiser un bébé en moins d’une minute. Robert Hamilton est l’auteur du célèbre livre : « 7 Secrets of the Newborn »

Découvrez les quatre étapes clés de cette technique :

⬇️ Voici la transcription en français de la vidéo : cliquer ici ⬇️

Bonjour les amis, c’est une merveilleuse journée ici à Pacific Ocean Pediatrics à Santa Monica, en Californie. Je m’appelle Bob Hamilton, je suis pédiatre et je le fais depuis environ 30 ans. Un des grands plaisirs de ma vie a été de pouvoir prendre soin de littéralement des milliers de nouveau-nés. Un des défis pour les pédiatres dans la prise en charge des enfants est d’essayer de communiquer des informations claires et précises à leurs parents, souvent par-dessus un bébé qui pleure très fort. J’ai utilisé une technique que j’appelle « la prise » au fil des ans, qui est très utile pour calmer les enfants et les garder tranquilles. Aujourd’hui, j’aimerais vous montrer comment je fais ça. C’est une prise simple, je pense que vous comprendrez. Venez avec moi maintenant dans une de mes salles de consultation, je vais vous montrer comment je le fais.

Ici, nous avons un bébé qui pleure et il vient de recevoir une piqûre, donc voici Ashton. Voici ce que nous faisons : nous prenons Ashton, je plie son bras droit comme ça, puis son bras gauche devant, puis très doucement je tiens ses bras comme ça, je tiens son petit derrière et le berce doucement de haut en bas, juste comme ça. Et même s’il vient de recevoir une piqûre, regardez cette jambe, bien grosse, aïe sur cette jambe là, vous pouvez voir que vous pouvez le consoler et le calmer à nouveau. Je tiens avec ma main droite son petit derrière, je le secoue doucement d’avant en arrière, nous le berçons de haut en bas très doucement, parfois nous le tournons à gauche et nous le tournons à droite, et voilà notre bébé.

Ici, nous avons un autre petit bébé qui pleure, il vient juste de recevoir une piqûre, et je vais prendre ce petit gars, et encore une fois je prends son bras gauche, son bras droit, je suis désolé, et je le mets en travers de son corps, puis son bras gauche en travers du corps comme ça, je le tiens, je prends son petit derrière et le berce très doucement de haut en bas, à un angle de 45 degrés. Vous pouvez voir qu’il se calme assez rapidement, c’est vraiment un bon bébé. Je secoue son petit derrière comme ça, je le berce doucement, tout ce que vous faites est très doux, vous ne voulez jamais faire de mouvements saccadés, vous tenez l’enfant avec la partie charnue de vos mains, pas avec vos doigts. Encore une fois, je soutiens son menton, il lève la tête ici, c’est pourquoi vous le tenez à un angle de 45 degrés, vous ne voulez jamais le mettre comme ça parce qu’ils peuvent rejeter leur tête en arrière et vous pouvez perdre le contrôle du bébé très rapidement, et vous pouvez voir, je roule mon doigt autour de son menton, et regardez-le, c’est un petit bébé content, il vient juste de recevoir une piqûre, mais il vous dit, je suis costaud, docteur Hamilton, je peux faire ça, c’est un bon bébé.

Donc voilà, nous avons rencontré quelques beaux bébés et de belles mères, et pour récapituler, j’aimerais passer en revue quatre points. Numéro un, vous pliez les bras sur la poitrine. Numéro deux, vous sécurisez les bras après les avoir pliés. Numéro trois, vous prenez doucement la zone de la couche avec votre main dominante. Et puis numéro quatre, à un angle de 45 degrés, vous bercez doucement le bébé de haut en bas, vous pouvez secouer leur derrière, et généralement en faisant cela, l’enfant se calmera. Finalement, si votre bébé ne se calme pas, pensez à deux choses : peut-être que votre bébé ne se sent pas bien, il est malade, ou numéro deux, peut-être que votre bébé a faim. Finalement, je trouve que la prise est très utile pour les deux à trois premiers mois d’âge, après cela, votre bébé devient trop lourd et il est très difficile de tenir

1. Pliez les bras du bébé sur sa poitrine

Tout en tenant le nourrisson au niveau de la poitrine, avec une main sur chaque bras et en veillant à les plier délicatement, entrecroisez-les sur son thorax.

2. Maintenez les bras grâce à une seule main

Avec l’une de vos mains, continuez à maintenir fermement, mais sans appuyer excessivement, les deux bras du bébé entrecroisés sur sa poitrine. Cette position sera rassurante pour l’enfant et facilitera sa relaxation.

3. Saisissez les fesses de l’enfant avec votre autre main

En plaçant l’autre main sous les fesses du nourrisson, vous allez pouvoir soutenir et soulever légèrement ses jambes, tout en maintenant ses bras entrecroisés.

4. Bercer doucement le bébé à un angle de 45 degrés

Enfin, inclinez votre enfant à un angle de 45 degrés et bercez-le très légèrement. Cette position permettra de soulager d’éventuelles gênes dues aux remontées gastriques et apportera un confort supplémentaire au bébé.

Si vous suivez correctement ces étapes, votre enfant devrait se calmer rapidement, en seulement quelques dizaines de secondes. Bien entendu, il est essentiel de vérifier préalablement si les pleurs ne sont pas liés à un besoin particulier, comme la faim ou une couche sale.

Des conseils complémentaires pour un apaisement optimal

Bien que la méthode « Holding Calming Technique » soit efficace, elle n’est pas infaillible. Voici quelques conseils supplémentaires pour calmer votre enfant :

le dr Hamilton qui officie à Santa Monica (Etats-Unis)
  • Le contact peau à peau : en plaçant le bébé directement sur votre torse, et en établissant un contact avec votre peau, vous allez procurer une sensation de réconfort et d’apaisement à l’enfant.
  • La musique douce : certains types de musiques peuvent rapidement calmer un nourrisson. N’hésitez pas à lui faire écouter des mélodies relaxantes et apaisantes.
  • Le massage : masser légèrement le ventre et le dos du bébé peut soulager certains inconforts et aider à détendre l’enfant.
  • Le bercement rythmé : des mouvements répétitifs et réguliers peuvent créer un sentiment de bien-être et apaiser un bébé qui pleure.

N’hésitez pas à expérimenter différentes méthodes pour trouver celle qui conviendra le mieux à votre nourrisson. Chaque enfant est différent, et ce qui fonctionne pour l’un ne sera pas forcément adapté à l’autre.

Un accompagnement personnalisé pour garantir le bien-être de votre enfant

Enfin, malgré toutes les techniques et méthodes disponibles pour calmer un bébé qui pleureil est essentiel de prendre en compte l’unicité et les besoins spécifiques de chaque enfant. N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé si vous éprouvez des difficultés à gérer les pleurs de votre nourrisson ou si vous constatez un comportement inhabituel.

L’important est de faire preuve de patience et de bienveillance envers votre bébé. Le temps, l’amour et le dévouement sont les meilleurs remèdes pour apaiser leurs pleurs et leur garantir un développement sain et harmonieux.

Donc vous aurez compris, pour calmer votre bébé en 45 secondes, un peu de technique et trouver l’angle parfait (45°) afin de stopper ses pleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *